Maladie

La maladie fut le compagnon inséparable d'Élise Bisschop. Élise souffrait d'un asthme chronique qui l'obligera à plusieurs opérations chirurgicales. De cette santé abîmée Élise fera son trésor et son tremplin vers le Seigneur.
Élise passait les récréations avec une autre fille malade. Elles en gardait une forte amitié.

Élise lors d'un baptême trois ans avant sa mort (de dos à gauche)

À trente-deux ans, dans une lettre à son père spirituel, Élise révèle :
« Je vous ai dit que je m’étais donnée à Lui à l’âge de onze ans, acceptant à la fois d’être malade toute ma vie, et par conséquent de ne pas me marier. Avouez tout de même qu’Il semble bien avoir pris au sérieux cette offrande d’enfant… »

Les enfants des dernières années de son enseignement de catéchisme se rappellent qu'Élise devenait régulièrement toute bleue de visage ; elle fut contrainte de s'arrêter. Il semblait qu'elle mourait devant eux. Heureusement pour eux, après quelques instants, elle retrouvait sa respiration et, surtout, son sourire rayonnant.

Élise a dû, à son grand regret, cesser toute activité dans la paroisse trois ans avant sa mort. Les médecins, ayant épuisé la science de l'époque, ne trouvèrent pas le moyen pour soulager son cœur de plus en plus fatigué.

Élise avait écrit à une amie en 1958 :
« De mon côté, j’espère de toutes mes forces, que ma souffrance aidera ceux que j’aime ; et que ma vie (ratée, au point de vue humain) aidera les autres à réussir la leur, et donc sera réussie au point de vue spirituel… »